Le Juge José R. de Prada Solaesa

Espagne

Le Juge José Ricardo de Prada Solaesa est né à Madrid en 1957. Il a étudié le droit à l’Université Complutense de Madrid où il a obtenu son diplôme en 1980. Il a dans un premier temps travaillé comme avocat jusqu’en 1986, année où il est entré dans la magistrature espagnole en tant que juge. En 1987, il a obtenu le diplôme de l’Institut international des droits de l’homme de Strasbourg.

En 1988, le Juge de Prada est devenu juge doyen (magistrado) et, en 1990, il a rejoint la Chambre pénale de l’Audiencia Nacional espagnole, un tribunal pénal compétent à l’échelle nationale et spécialisé dans les enquêtes, les procès et les appels en matière de grande criminalité organisée, de droit pénal international (génocide, crimes de guerre, crimes contre l’humanité et compétence internationale), de crimes terroristes et de délits très graves de corruption. Il a été juge rapporteur dans l’affaire Scilingo (2005) liée à des crimes contre l’humanité pendant la dictature en Argentine et qui fait jurisprudence dans l’application de la compétence universelle en Espagne.

En 2005, il a été élu juge international à la Division d’appel de la Chambre spéciale chargée des crimes de guerre au sein de la Cour d’État de Bosnie-Herzégovine, poste qu’il a occupé jusqu’en 2007. Il a fait partie du collège de juges chargé de statuer en appel dans les affaires Le Procureur c/ Nikola Kovačević, Le Procureur / Radovan Stanković et Le Procureur c/ Boban Šimšić, entre autres.

En 2007, il a reçu le prix national des droits de l’homme de l’APDHE, l’association espagnole pour la promotion des droits de l’homme.

En décembre 2011, le Juge de Prada a été nommé juge international au Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux.

Le Juge de Prada a également participé en qualité d’expert international à divers programmes de coopération en Amérique latine, en Afrique du Nord et dans le Sahel, ainsi que dans des pays d’Europe orientale. Ces programmes visaient à améliorer, à renforcer et à adapter le cadre juridique ainsi que le système et les pratiques judiciaires pour qu’ils répondent aux normes juridiques internationales en matière de protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales (Colombie, Honduras, Costa Rica, Algérie, Roumanie) et en matière de respect de l’état de droit dans la lutte contre le terrorisme dans les pays du Sahel (Mali, Niger, Mauritanie). Il a en outre contribué à l’application de règles du droit pénal international au processus de justice transitionnelle en Colombie (dans le cadre du programme de l’Union européenne sur le processus « Justicia y Paz » et des négociations actuelles du processus de paix avec les FARC).

De 2008 à 2011, le Juge de Prada a suivi des études doctorales en droit pénal international à l’Instituto Universitario Gutiérrez Mellado. Depuis 2014, il fait office de point de contact du Réseau européen concernant les enquêtes et les poursuites pénales relatives aux génocides, aux crimes contre l’humanité et aux crimes de guerre. Le Juge de Prada a également donné de nombreuses conférences dans des universités et des établissements publics et privés en Espagne et ailleurs. Il a pris part à différentes enquêtes en matière pénale, notamment dans des affaires portant sur le droit pénal international, le droit international humanitaire, la violence sexiste et la protection internationale des droits de l’homme et des libertés fondamentales, les tribunaux internationaux, la compétence internationale et le terrorisme. Il a par ailleurs publié de nombreux ouvrages sur différents aspects de la procédure pénale et du droit pénal matériel, en particulier concernant le droit pénal international et la protection internationale des droits de l’homme.