Aujourd’hui, la Division du Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux (le « Mécanisme ») à Arusha a célébré la Journée internationale de la femme sous le thème « Je suis le changement », faisant ainsi écho à l’initiative mondiale pour la Journée internationale de la femme intitulée « Soyez audacieux pour le changement ».

À l’occasion de la commémoration de la Journée internationale de la femme, le Mécanisme a accueilli cette année 45 jeunes filles, élèves de deux lycées de la région situés près des locaux du Mécanisme à Lakilaki (Arusha). Les diplômées de l’édition 2015‑2016 du Programme de marrainage en faveur des jeunes filles du Mécanisme (Make Her Future Happen: Mentoring Programme for Arusha Girls) étaient également présentes pour exprimer leurs vues et partager leurs expériences.

Des responsables du Greffe du Mécanisme, M. Samuel Akorimo, Mme Sera Attika et M. Ousman Njikam, ont donné un aperçu des diverses fonctions du Mécanisme aux élèves et aux diplômées. Ils ont ensuite invité les participantes à prendre part à différents débats portant sur les fonctions du Mécanisme en matière de lutte contre les crimes internationaux perpétrés contre les femmes et les filles ou qui les touchent particulièrement, sur les rôles que jouent les femmes qui travaillent pour le Mécanisme, ainsi que sur des questions plus générales liées aux réalisations économiques, sociales et politiques des femmes, à l’importance de réduire rapidement les disparités entre les sexes et à la nécessité d’assurer la promotion de la femme à l’échelle mondiale.

Rappelant le thème de cette journée, la responsable des questions relatives aux femmes du Mécanisme, Mme Sera Attika, s’est exprimée en ces termes : « Nous avons de nouveau été invitées à nous souvenir d’actes audacieux, à adopter des initiatives audacieuses ou à partager des histoires audacieuses sur le changement et le courage dans le but de célébrer les accomplissements des femmes et des filles, mais également en vue de garder à l’esprit qu’il reste des caps difficiles à franchir […] ».

Les participantes ont été conviées à visiter les locaux de la Division du Mécanisme à Arusha, après quoi des discussions en petits groupes ont été organisées pour continuer à débattre des enjeux relatifs aux droits des femmes dans le domaine de la justice pénale internationale et de manière plus générale.